Présentation du projet

Le projet CITIES BY HEART est conforme à l’article 3, section 3, du traité de Lisbonne, qui dispose : “l’Union respecte la richesse de sa diversité culturelle et linguistique, et veille à la sauvegarde et au développement du patrimoine culturel européen”. De même, l’article 167 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne qui donne à la Commission la tâche spécifique de contribuer à l’épanouissement des cultures des États membres dans le respect de leur diversité, tout en “mettant en évidence leur patrimoine culturel commun”.

En Europe, les vagues successives de migration ont façonné les villes et leurs banlieues. Les mélanges culturels créés par les migrations internationales représentent une richesse sous-estimée et mal connue des citoyens européens. Sur le plan touristique et social, ce patrimoine culturel européen est une opportunité à saisir. C’est pourquoi, bien qu’il ait tendance à être condamné par les arguments de la pensée politique extrémiste, il devrait être valorisé.

L’idée est de promouvoir un type de tourisme “zéro kilomètre”, dont les acteurs sont les citoyens ayant un parcours migratoire familial ou individuel, sans se soucier de savoir s’ils sont nouvellement arrivés ou installés dans le quartier depuis plusieurs générations.

Le projet s’inscrit dans un objectif d’inclusion sociale à travers le concept de sa propre offre de formation. Il comprend une première phase de formation par les pairs : animateurs de jeunesse, acteurs des territoires multiculturels et défavorisés, responsables d’associations ou de centres sociaux. Puis, dans une seconde phase, il prévoit un transfert de compétences vers les jeunes citoyens européens défavorisés ayant également un parcours personnel lié à la migration et confrontés à des problèmes d’intégration sur le marché du travail.

Ces circuits s’adressent à deux types de groupes cibles : le premier public : les habitants de ces territoires défavorisés, pour les guider vers une compréhension de toutes les couches de la migration et de ce mouvement humain perpétuel en décomposant les arguments de la “bonne” et de la “mauvaise” migration ; ainsi que pour les touristes internationaux, à la recherche de nouveaux types de circuits, plus proches de la population, visant à valoriser l’Europe passée et présente sous l’angle de la diversité culturelle résultant de la migration.

Le projet, dans la conception des circuits, inclut les acteurs économiques des zones urbaines à forte diversité culturelle : restaurateurs, commerçants, habitants “hôtes”, etc. L’objectif est double : créer des liens entre les habitants de ces zones urbaines afin d’éviter les conflits entre communautés et initier une dynamique économique pour répondre à la précarité des habitants des quartiers défavorisés.

Vous souhaitez participer à ce projet en tant que partenaire local ?

Did you find this information useful?

You already voted